retour

Vincent Pasquier

Première contrebasse solo

Vincent Pasquier entre en 1978 au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP), dans la classe de Jean-Marc Rollez, où il obtient le Premier prix en 1982.
La même année, il intègre l’Orchestre de l’Opéra de Paris et entame une série de tournées européennes et de concours internationaux. Il est lauréat du Concours international d’interprétation musicale de Genève en 1983, du Concours international de Markneunkirchen (ex-RDA) en 1985 et du Concours international de Reims en 1988. Il donne de nombreux récitals avec piano ainsi que des concertos avec orchestre et des master-classes en Finlande, Hollande, Norvège, Espagne, Italie, Corée du Nord et en France.
En 1988, Vincent Pasquier est nommé contrebasse solo de l’Orchestre de Paris. Il fait ensuite l’objet d’une dédicace spéciale du concerto Contre-blanc-Basse du compositeur Gérard Masson. Depuis cette date, il poursuit ses activités orchestrales, pédagogiques, de musique de chambre et de récitals.
En 1990, il est nommé professeur au Conservatoire national de région de Paris où il développe une classe de contrebasse dédiée au travail du répertoire soliste et une classe de contrebasse orientée totalement vers le travail du répertoire orchestral. En 1994, il est nommé professeur au CNSMDP, d’où il démissionnera cinq ans plus tard.
Ses partenaires réguliers en musique de chambre sont : Christian Zacharias, Augustin Dumay, Maria Jao Pires, Gérard Caussé, Raphaël Oleg, Vadim Repin, Schlomo Mintz, Jean François Heisser, le trio Wanderer, les quatuors Cherubini, Ysaÿe et Sine Nomine, l’Octuor Paris Bastille, François Leleu, Michel Portal, Laurent Korcia, etc.
Il a enregistré de nombreux disques parmi lesquels le Quintette de Dvorák avec le quatuor Sine Nomine, les Mélodies de Roisenblath pour contrebasse solo, baryton et piano, la Sonate Arpeggione de Franz Schubert, la Suite à l’ancien style de Fryba et les Epigrammes de Kodály qui obtiendra un vif succès auprès des critiques françaises et étrangères et la récompense de 4 diapasons par le magazine spécialisé du même nom.